Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au menu secondaire | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

IUT de TARBES

Recherche

Recherche une formation

Menu principal

Actualités

Accueil  >  Actualités  > L’IUT de Tarbes mise sur l’international.

L’IUT de Tarbes mise sur l’international.

Publié le 5 février 2014

30 étudiants chinois vont suivre une année universitaire de mise à niveau à l’IUT de Tarbes avant de poursuivre leurs études en France.

L’établissement tarbais a accueilli en novembre 30 étudiants chinois.

Ils vont suivre une année de mise à niveau avant de pouvoir poursuivre leurs études dans le réseau des IUT français.

Le Diplôme Universitaire « Préparation aux Formations Scientifiques et Technologiques des Instituts Universitaires de Technologie français » (DU PFST) a pour but de faciliter et d’assurer l’intégration d’étudiants non francophones au sein des cursus des IUT, dans la première ou deuxième année, dans les secteurs secondaires ou tertiaires.

« Nous recevions déjà des étudiants chinois. Là, nous ouvrons un centre - il y en a 9 en France qui assurent cet accueil dans le cadre de ce programme international », explique Cédric Haurou-Béjottes, directeur adjoint de l’IUT de Tarbes.

Agés de 18 ans, les jeunes étudiants chinois ont déjà une certaine pratique du français. Ils ont été sélectionnés en Chine avec l’objectif de pouvoir suivre des études en France après cette année de mise à niveau. « Ils viennent pour l’essentiel du sud-est de la Chine, affichent un bon niveau et parlent déjà français », détaille Cédric Haurou-Béjottes. Au terme de leur année tarbaise, les jeunes Chinois valideront un diplôme universitaire qui leur ouvrira les portes du réseau des IUT en France : « Ils peuvent choisir entre de nombreuses filières : techniques et technologiques, tertiaires… », ajoute Cédric Haurou-Béjottes.

Pour faciliter leur installation et leur intégration, l’IUT de Tarbes a recruté une personne chargée de les encadrer. Pour Cédric Haurou-Béjottes, « cette nouvelle activité est quelque chose de pérenne. Nous sommes dans une logique de développement international. » (source : La Dépêche)