Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au menu secondaire | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

IUT de TARBES

Recherche

Recherche une formation

Menu principal

Accueil  >  Recherche & transfert de technologie > Autres domaines  > Histoire des mathématiques

Histoire des mathématiques

Thématique

A l’intérieur de l’Equipe Emile Picard un groupement de chercheurs, dont je fais partie, travaille sur la thématique « Histoire des mathématiques » .

Contribution, démarche, méthodologie Etude de l’influence de la situation politique entre la France et l’Allemagne sur les courants mathématiques en France de 1850 à 1950.

Dans ce contexte, j’étudie la diffusion de « l’ algèbre moderne ».

On peut considérer que C. Jordan est, à la suite d’Evariste Galois, un premier pilier de cette algèbre moderne avec son « Traité des substitutions » de 1870.

Le mouvement vers l’Allemagne de chercheurs français après la première guerre mondiale, tout en s’appuyant sur ces éléments de la culture mathématique française, leur permet de l’enrichir au contact des travaux de l’école allemande.

Ils la diffuseront en France , avec entre autres le « Moderne Algebra » de Van der Waerden (qui reprend des « leçons » d’Emil Artin et d’Emmy Noether)

Dans un second temps, le mouvement des chercheurs vers les Etats- Unis, dans l’entre deux guerres et pendant la deuxième guerre mondiale (en relation avec les questions politiques en France et en Allemagne) poursuivra cette évolution.

Collaboration et diffusion

Types de projets ou Projets réalisés

Jordan - JPEG - 8.9 ko
Jordan

Article en collaboration ( prépublication)

Décomposition effective de Jordan-Chevalley et ses retombées en enseignement.

Ce travail, à travers la problèmatique d’une question actuelle d’enseignement dans la préparation à l’agrégation, propose une méthode effective de calcul de la décomposition de Jordan ( même dans le cas où les valeurs propres ne sont pas calculables). Il resitue l’histoire de cette décomposition en repartant de la réduction de C.Jordan de 1870 pour aboutir à la première démonstration de la décomposition en 1951, chez C.Chevalley.

Partenaires ou secteurs d’activités

Chevalley - JPEG - 12 ko
Chevalley

L’article cité précédemment est issu d’une collaboration :
avec Jean Esterle, Université de Bordeaux, IMB, UMR 5251, 351 Cours de la Libération, 33405 Talence Cedex, France.
et Rachid Zarouf, CMI-LATP, UMR 6632, Université de Provence, 39 rue F. Joliot Curie, 13453, Marseille Cedex 13, France.